Accueil
Je m'appelle ATHOS

J'ai décidé de prendre la parole moi-même. A 12 ans, j'estime qu'on peut s'exprimer sans intermédiaire !!!. Jusqu'à présent mes maîtres l'on fait sans me demander mon avis !.
Je ne me rappelle pas bien ma tendre enfance. Seulement que j'ai beaucoup souffert dans les locaux de la SPA de Montélimar où je suis resté enfermé dans une cage avec un autre "compère" pendant plusieurs mois.
Mais un jour, c'est la délivrance. Je vois deux bipèdes s'arrêter devant ma "résidence" et nous regarder mon copain et moi. Lui était noir et moi blond.
Quelques instants après leur départ, quelle ne fut pas ma surprise de voir notre cage s'ouvrir et un gardien me sortir MOI.
J'ai tout de suite su que c'était eux .....! aucun doute possible.
Je me suis dirigé vers le bipède mâle avec une joie que je ne pouvais pas réprimer, je riais avec ma queue pour le séduire.
Et c'est ainsi que je me suis retrouvé, une semaine après, dans une maison confortable couché sur un beau tapis.
La bipède femelle qui s'appelle Kathy ne pouvait pas m'approcher, je grognais ou je me réfugiais au fond de la pièce. Dans mes premiers mois de chiot, une femme m'a martyrisé et j'en ai gardé un souvenir pénible et une peur que je ne pouvais pas contrôler. Il n'y a qu'avec Guy que je me sentais en sécurité. Même quand mes maîtres recevaient des amis, je me cachais dans un coin en attendant leur départ. Heureusement que le temps et la gentillesse de Kathy et Guy m'ont permis de m'adapter.
Je peux vous dire que ma vie avec eux, bien que je sois heureux, n'est pas un fleuve tranquille. Ils ont ce que les humains appellent la bougeotte. Nous sommes souvent dans la maison roulante. C'est un peu agité mais du moment que je suis en famille !!!.
La première fois que je me suis envolé, c'était dans un avion sanitaire. Mon maître n'a rien trouvé de mieux à faire que de se faire piquer par un moustique. Une petite bébête de rien du tout qui nous a boulversés et boulversé surtout ma vie, je n'avais rien demandé.
Mon premier baptême de l'air avec un maître inconscient et des médecins qui ont été très gentils avec moi. Bref, j'étais content de retrouver le plancher des vaches et ma maîtresse.
Après l'Afrique nous sommes partis en Mongolie !. Rien que ça. Sauf que pour moi ce n'est qu'un grand manège. Que de pistes inconfortables pour mon corps habitué au confort de la maison et mes petites habitudes. Sortie le matin pour ma promenade, ma gamelle à ma portée sans que je demande quoi que ce soit. Là, je peux vous dire que les heures des repas sont vraiment fantaisistes, et les petites gâteries plutôt rares.
Le fromage en Mongolie, ceinture !!. La viande pour améliorer ma gamelle, disparue.
Une vraie vie de chien !!!.
Alors là les pistes mongoles je n'en parle même pas. Des vibrations à n'en plus finir, et de la poussière. Je suis de toutes les couleurs. Que du désert. Les bonnes odeurs pour faire mes besoins ? il n'y en a plus. Il m'arrive de me retenir longtemps.
Impossible d'aller à l'hôtel. Ils n'acceptent que les petits toutous qu'on peut mettre dans un sac sous le bras. Ce n'est pas mon cas.
En plus il fait chaud. Je creusais sous la maison roulante pour avoir un peu de fraîcheur. Quelle misère !.
Ce voyage à duré des mois. Heureusement que je réussis à me défouler de temps en temps : courser des chameaux par exemple. C'est très amusant.
Le deuxième voyage a été plus stressant encore. L'Amérique du Sud. Rien que ça........!.
Mon maître étant parti seul en bateau avec la maison roulante, je me suis envolé une deuxième fois avec maîtresse. Cette fois dans une cage. Franchement quelle idée de m'enfermer comme un fauve dangereux moi qui suis la crème des chiens. Je me sens même légèrement humilié.
Heureusement que j'ai pris des bonbons pour dormir et faire en sorte que ce cauchemar qui a duré dix sept heures soit moins pénible.
A l'arrivée de l'avion, je n'étais même pas malade. Dès ma sortie de prison, j'avais envie de gambader pour dégourdir les patounes !.
Croyez vous ça. Tout de suite dans un taxi et ensuite enfermé dans une chambre d'hôtel. Quelle vie je mène. Allez faire vos besoins et manger dans ces conditions......
Le voyage reprend dès que mon maître arrive avec la maison roulante. Eh ben, on est pas rentré !.
Qu'est ce qu'ils ont à s'extasier sur les paysages, des déserts, la pampa et que sais-je encore. Moi à part les kilomètres et les secouses, je n'ai rien apprécié.
Ah si, j'ai été caressé par tellement de gens qui s'extasient eux sur ma beauté. Des fois je vous jure cela devient lassant d'être beau et gentil en plus. Nous nous sommes arrêtés quelques jours dans une maison avec un jardin immense et des chevaux. Il y avait deux chiens. La femelle s'appelait Toundra et même si elle n'était pas très interessée, j'aurais voulu .......!. Mais bien sur nous sommes repartis. Comment voulez vous que j'ai une vie sentimentale. Quelle galère.
Le bouquet : c'est en Bolivie. Mes parents me laissent dans la maison roulante et vont passer du bon temps dans un restaurant.
Ma tranquilité a volé en éclat quand un gros caillou a heurté la fenêtre et que deux bipèdes pas commodes du tout sont rentrés.
Je suis beau, gentil mais alors pas du tout téméraire. Ni une, ni deux, je me casse et cours droit devant moi. Je n'ai jamais appris a vagabonder tout seul dans une ville. La circulation et les klaxons m'ont fortement désorienté.La seule chose que je voulais, c'est me cacher. Ouf, je vois une sorte de boutique un peu sombre, juste ce qu'il me fallait pour me remettre de mes émotions. Je rentre et je vais directement sous une table pour m'affaler. Un congénère, qui était là, m'a regardé et m'a laissé tranquille.
Tard le soir, ma maîtresse est venue me chercher. Je frétillais de la queue en voyant Guy. Quelle journée !!. Il y avait même un comité d'accueil de bipèdes qui voulaient tous me caresser et me toucher. Je suis même passé à la télévision locale, pas comme une star mais pour un avis de recherche. Quelle aventure !!!!. Nous avons fait beaucoup d'autres pays, c'est -à-dire beaucoup de temps passé dans la maison roulante, mais aussi beaucoup de plaisir avec ma famille.
Bien sûr pour le retour encore cette maudite cage et les bonbons qui font dormir. Qu'on ne me parle plus des avions, ce n'est pas mon truc.
Content d'être chez moi où j'ai oublié toutes mes misères après une bonne séance relaxante chez mon toiletteur.
On va peut être rester un peu tranquille. C'est ce que je me disais dans ma petite tête de chien qui commence a compter les années. Eh bien non...
Qelques temps après nous voilà encore sur les routes : le Sahara Occidental. Deux autre bipèdes se joignent à nous. Maintenant, au lieu d'être chouchouté par mes mâitres seulement, j'en ai quatre et même plus en comptant les amis rencontrés. La galère avec le désert. Il n'y a rien. Que des cailloux et du sable. Alors, expliquez moi ce qu'ils trouvent ces humains à s'extasier sur des paysages arides et vides de toute plantation.
Même pas un buisson pour lever ma patoune et faire mes besoins. Un jour, j'étais tellement énervé que pendant qu'on roulait, j'ai tout simplement repeins la maison roulante. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour les faire arrêter.
Eh ça ne sentait pas bon du tout et il fallait tout nettoyer. Je n'ai même pas été grondé et en plus mes maîtres m'on donné des bonbons pendant trois jours pour me remettre.
Une vie de chien ce n'est pas de tout repos croyez moi.
Mais je me défoulais quand même en courant comme un cabri dans ce désert immense.
Je suis gâté.
En rentrant, j'ai été bien malade. Mon estomac s'est retourné en pleine nuit et je n'arrivais pas a respirer. Ils ont dû m'ouvrir l'abdomen pour tout remettre en place et j'ai dû porter un entonnoir pendant un mois pour la cicatrisation. Ah, j'avais belle allure !.
Encore et encore l'Afrique, et ensuite j'entends parler d'un nouveau pays, l'Italie.
J'entends parler de Sicile, de bateau, encore un truc que je n'aime pas. Je connais pour avoir pris ce truc qui bouge beaucoup et fait beaucoup de bruit.
Pourquoi ?. Ben juste pour voir des volcans. Des vulgaires cracheurs de feu. On aurait fait un feu de camp à la maison, on aurait vu des flammes plus hautes. On dit que les animaux ne réfléchissent pas. Croyez-vous que vous les humains avez plus de raison que nous ?.
Pas sûr d'après l'humble avis d'un chien.
Pour l'instant, nous sommes à la casa et j'espère que cela va durer quelques temps. Je vieillis et j'aspire à la tranquilité. Faire ma promenade et humer les mêmes odeurs pour lever ma patoune, je n'en demande pas plus.
Mais je suis un peu maso aussi. Dès que je vois mes maîtres préparer la maison roulante, je suis tout exité et je ris avec ma queue pour monter mon plaisir et le bonheur de vivre plus étroitement en famille.
J'ai tout donné à Kathy et Guy parce qu'ils m'ont tout donné. C'est ma famille et je sais qu'ils ne m'auraient jamais abandonné.
Juste une petite confidence : j'aime beaucoup ma maîtresse mais Guy est mon idole. Dès qu'il s'absente un peu, je suis malheureux. N'allez pas le répéter surtout .........